Elections présidentielles françaises : un duel Fillon-Le Pen s'annonce au second tour

Par : Vivienne |  Mots clés : François Fillon,Marine Le Pen
French.china.org.cn | Mis à jour le 29-11-2016

L'ancien premier ministre français François Fillon a remporté dimanche 27 novembre le second tour de scrutin des primaires du parti Les Républicains en battant avec 66 % des suffrages son rival Alain Juppé, lui aussi ancien premier ministre. Il sera ainsi le seul candidat désigné par le parti de centre-droit pour l'élection présidentielle de 2017. Les prévisions sont claires : compte tenu des mauvaises performances du Parti socialiste au pouvoir depuis 2012, la possibilité d'une élimination du candidat socialiste au premier tour de l'élection est grande. A l'extrême-droite, le Front national a le vent en poupe, et sa présidente Marine Le Pen est susceptible de se qualifier pour le second tour. La plupart des analystes estiment aujourd'hui que l'élection se jouera entre elle et le candidat de la droite traditionnelle, François Fillon.

Les élections présidentielles, qui ont lieu en France tous les cinq ans, se dérouleront l'an prochain en avril et mai. Au sein des partis de droite et du centre, nombreux étaient les candidats prêts à concourir. Afin d'éviter une dispersion des voix qui pourrait profiter aux autres partis, Les Républicains ont décidé de tenir des primaires en novembre pour nommer leur candidat unique à l'élection. La mobilisation a été forte, avec une participation de plus de quatre millions de votants au premier tour le 20 novembre, ce qui montre que les Français accordent une grande attention à l'élection présidentielle.

Avant les primaires, les deux favoris des sondages étaient l'ancien premier ministre de Jacques Chirac, Alain Juppé, et l'ancien président de la République de 2007 à 2012, Nicolas Sarkozy. Le premier, un vétéran de la politique française, âgé de 71 ans, s'est vu confier au cours de sa carrière des postes importants, de ministre des Affaires étrangères, de la Défense et de premier ministre, avant de devenir président de l'UMP, incarnation précédente du parti Les Républicains. L'ancien président Jacques Chirac nourrissait envers lui de grands espoirs de « succession ». Lorsque Juppé a annoncé sa participation à la campagne, les sondages le donnaient vainqueur du scrutin présidentiel à 60 ou 70 %. L'ancien président Nicolas Sarkozy, battu en 2012 par le candidat François Hollande du Parti socialiste, n'avait pas pour autant réduit ses ambitions. En 2015, il a créé le parti Les Républicains sur le socle de son ancien parti l'UMP, bien résolu à en faire son cheval de bataille vers sa reconquête de l'Elysée.

L'arrivée surprise de François Fillon

Cependant, le premier tour des primaires a tout changé : l'ambitieux Nicolas Sarkozy n'est arrivé qu'en troisième place, et le favori des sondages Alain Juppé s'est classé deuxième. La première place a été remportée par François Fillon, pourtant à la traîne dans les sondages dix jours seulement avant le vote. Candidat surprise, sa popularité a augmenté de façon spectaculaire, pour lui donner 44 % des suffrages. Au second tour le 27 novembre, il a battu sans peine son rival avec 66,6 % des voix, et s'est placé dans la course présidentielle.

A 62 ans, François Fillon est plus jeune qu'Alain Juppé, il est énergique et dispose d'une longue expérience politique. Elu à l'Assemblée nationale en 1981, il entre au gouvernement en 1993. Durant le mandat du président Jacques Chirac, il enchaîne les ministères. Après l'élection de Nicolas Sarkozy en 2007, il est nommé premier ministre et garde son poste pendant cinq ans, jusqu'à la fin du mandat en 2012. Il milite pour la réforme, mais on le décrit comme ayant un style « modéré », comme la « colombe » de l'équipe Sarkozy. Même le Parti socialiste le considère comme le responsable politique le moins clivant de son parti. Sa candidature à la présidence est vue comme celle de « la droite tranquille ». Ce conservateur propose un programme économique libéral que l'on dit influencé par Margaret Thatcher. De l'avis général, il se qualifiera sans difficulté pour le second tour l'an prochain.

Suivez China.org.cn sur Twitter et Facebook pour rejoindre la conversation.
1   2   3    


Les dernières réactions            Nombre total de réactions: 0
Sans commentaire.
Voir les commentaires
Votre commentaire
Pseudonyme   Anonyme
Retournez en haut de la page