Envoyer [A A]

Appontage de nuit maîtrisé pour le Liaoning

French.china.org.cn | Mis à jour le 29. 05. 2018 | Mots clés : porte-avions, Liaoning, appontage



Le 24 mai, la China Central Television (CCTV, le réseau principal de télévision publique) a diffusé la vidéo d’un avion J-15 guidé par un officier de pont et un système de décollage et d’appontage, réalisant avec succès ces opérations de nuit sur le porte-avions chinois. C’est la première fois que le média d’Etat confirme la capacité des avions embarqués sur le Liaoning à décoller et à apponter de nuit.

Selon Li Jie, un expert naval basé à Beijing, ce n’est que lorsque le pilote d’un avion embarqué a la capacité de décoller et d’apponter de nuit, qu’il peut vraiment être considéré comme un pilote qualifié. Le Liaoning ne peut quant à lui être qualifié de vrai porte-avions, qu’en possédant une capacité de combat par tous les temps. 

En se basant sur la vidéo de la CCTV, Li Jie estime qu’au moins quatre pilotes ont été formés avec succès à décoller et à apponter de nuit. 

Les missions de nuit sur les porte-avions sont internationalement reconnues comme bien plus difficiles et dangereuses qu’en plein jour, du fait de la limitation de l’éclairage, de la diminution du champ de vision et de la pression psychologique. Jusqu’à présent, seuls les Etats-Unis, la Russie, la France et le Royaume-Uni maîtrisaient le décollage et l’appontage de nuit.

D’après les experts chinois, la prochaine phase sera concentrée sur l’entraînement au décollage et à l’appontage de nuit dans des conditions météorologiques plus complexes.

L’appontage de nuit est considéré comme un défi important pour les pilotes, car ceux-ci distinguent difficilement les signaux lumineux. Au cours des appontages de jour, les pilotes peuvent compter sur le système optique d’appontage FLOLS (pour Fresnel Lens Optical Landing System), largement utilisé pour donner aux pilotes des informations sur la trajectoire de descente lors de la phase terminale d’appontage. Avec le soutien de l’officier d’appontage, celui-ci permet un appontage en toute sécurité. 

La nuit, du fait de la limitation de l’éclairage pour éviter d’être exposé, les références sur lesquelles un pilote peut compter deviennent très limitées. Celui-ci doit apponter en se basant sur le phare d’atterrissage de son propre appareil et le balisage lumineux de la piste, auxquels s’ajoutent d’autres dispositifs de navigation. 

« La raison pour laquelle nous devons renforcer l’entraînement au vol de nuit est que les opérations aériennes se déroulent désormais principalement la nuit », explique l’expert militaire Wang Mingzhi.

Le combat aérien met l’accent sur une forte intensité et un rythme rapide. Il se déroule généralement 24 heures sur 24, afin de ne laisser aucun répit à l’adversaire. L’entraînement au vol de nuit est donc un indicateur important de la capacité opérationnelle des forces aériennes, et notamment des forces aéronavales, ajoute-t-il. 

Maintenant que l’appontage de nuit a été réalisé avec succès, l’entraînement à l’appontage de nuit dans des conditions météorologiques plus complexes devrait suivre, estime Song Zhongping, un expert militaire et commentateur télévisé.

D’après Li Jie, il existe deux dimensions météorologiques primaires : le jour ou la nuit, et la simplicité ou la complexité des conditions. Le premier niveau correspond aux opérations de jour avec une météorologie simple, viennent ensuite les opérations de jour avec une météorologie complexe, puis les opérations de nuit avec une météorologie simple et enfin, les opérations de nuit avec une météorologie complexe. 

Li Jie ajoute qu’il est temps d’accélérer la formation de pilotes, qui peuvent accomplir leurs devoirs dans des conditions météorologiques complexes. Ce n’est que lorsqu’il y aura suffisamment de pilotes ayant maîtrisé de telles capacités, que le porte-avions chinois pourra être prêt à entrer en jeu pour une frappe totale.

En plus de la compréhension des technologies clés des appontages de nuit et de ses tactiques spécifiques, Li Jie note que le facteur le plus important pour les pilotes est de surmonter leurs barrières psychologiques. Selon lui, le manque d’expérience en appontage de nuit peut rendre le pilote confus dans une situation plus complexe. La force psychologique devient alors un élément critique pour évaluer les capacités des pilotes. 

Le commentateur militaire Chen Guangwen souligne le fait que les porte-avions ne servent pas seulement de force de dissuasion, mais constituent également un élément puissant dans le grand jeu politique et peuvent envoyer un signal diplomatique fort. 

Pour rejoindre les rangs des grandes puissances mondiales, la Chine ne doit s’épargner aucun effort pour développer ses forces de combat aéronavales, faisant de sa marine une force frontalière plus forte de dissuasion, note-t-il. 

Le développement naval de la Chine s’est accéléré depuis l’entrée en service du Liaoning en septembre 2012. Au cours de l’année écoulée, les forces aéronavales ont remporté de nombreux défis et réalisé des avancées fondamentales, que ce soit avec les vols de nuit ou encore le passage d’un seul appareil à une flotte entière. De nombreux pilotes de J-15 embarqués ont par ailleurs atteint la certification de qualification. 

Au cours de leur entraînement au mois d’avril, lors d’un exercice contre l’aviation navale basée sur la côte, les appareils embarqués sur le Liaoning furent pour la première fois en service 24 heures sur 24. Cela a été largement perçu comme le signe avant-coureur, que ces avions avaient obtenu la capacité de décoller et d’apponter de nuit. 

Au mois de mai, le porte-avions chinois dénommé « Type-001A » a d’autre part réalisé ses premiers essais en mer. 

« La Chine peut être plus flexible avec deux porte-avions. Face à une concurrence sécuritaire maritime sur le long terme, la Chine développe graduellement ses intérêts maritimes pour inclure - au moins - trois ou quatre nouveaux porte-avions, afin de répondre à ses besoins stratégiques », explique Kang Jie, un chercheur-assistant à l’Institut de Chine des études internationales.


Suivez China.org.cn sur Twitter et Facebook pour rejoindre la conversation.
Source:french.china.org.cn