Envoyer [A A]

Les BRICS renforcent encore leurs liens commerciaux

French.china.org.cn | Mis à jour le 08. 08. 2017 | Mots clés : BRICS, liens,commerciaux

A la suite d’un récent sommet des ministres du Commerce des pays des BRICS à Shanghai, les produits et services d’entreprises au Brésil, en Russie, en Inde et en Afrique du Sud auront un accès facilité aux consommateurs chinois. Le sommet a permis de formuler de nouveaux accords sur le e-commerce, le tourisme, l’éducation et la médecine.

Lors de cette rencontre de deux jours qui s’est déroulée la semaine dernière, les pays membres ont discuté de huit domaines clés recouvrant le commerce, l’investissement, la protection de la propriété intellectuelle et les échanges de technologies.

Le terme « BRIC » a été inventé en 2001 par Jim O’Neill, alors président de la gestion des actifs chez Goldman Sachs. Il se réfère à la base au Brésil, à la Russie, à l’Inde et à la Chine, à savoir des nations en développement ou nouvellement industrialisées majeures avec des économies importantes et connaissant pour certaines une croissance forte. La première rencontre informelle du groupe fut organisée en 2006 et son premier sommet formel se déroula trois ans plus tard. L’Afrique du Sud a rejoint les BRICS en 2010.

Le groupe vise à faire jouer l’influence régionale et le poids commercial des membres individuels dans des domaines plus larges de coopération. La rencontre de Shanghai a permis l’approbation d’une nouvelle initiative pour des progrès conjoints dans le e-commerce.

« Nous pensons que très bientôt, nous verrons davantage de produits des BRICS sur les tables des Chinois, explique Zhong Shang, le ministre chinois du Commerce, qui a présidé cette rencontre. Les entreprises chinoises trouveront également plus d’opportunités pour travailler avec leurs homologues des BRICS dans les domaines des ventes, de la logistique et des systèmes de paiement du e-commerce. »

Le mois dernier, le ministère du Commerce (MOFCOM) a indiqué que la Chine importerait plus de 8000 milliards de dollars (6775 milliards d’euros) de produits au cours des cinq prochaines années, offrant des opportunités considérables pour les pays des BRICS.

Au premier semestre de cette année, le commerce de la Chine avec le Brésil, la Russie, l’Inde et l’Afrique du Sud a augmenté d’un tiers par rapport à l’année dernière pour atteindre les 70,16 milliards de dollars, surpassant la croissance commerciale globale de la Chine qui se situe à environ 20 %.

Les plateformes de e-commerce transfrontalier du pays ont contribué davantage au commerce extérieur. Les importations et les exportations au premier semestre dans les treize zones pilotes de e-commerce transfrontalier de Chine ont doublé pour atteindre quelque 100 milliards de yuans (13 milliards d’euros), selon le MOFCOM.

Les plateformes B2B (Business-to-Business) représentent 60 % de cette valeur, devenant un nouveau moteur pour le commerce extérieur de la Chine.

Selon un communiqué du Sommet : « Le e-commerce est devenu l’une des activités commerciales les plus dynamiques au monde et en constante évolution. Il joue un rôle de plus en plus important dans la promotion de la croissance commerciale, de la transformation industrielle et de la création d’emploi. »

Dans le cadre de leur dernière initiative, les ministres des cinq pays se sont engagés à renforcer leurs liens dans le partage politique, l’échange d’information et la mise en œuvre des meilleures pratiques pour maximiser les opportunités du e-commerce.

Un groupe de travail sera mis en place pour superviser ce processus.

Zhou Zhiwei, le directeur exécutif du Centre de recherche sur le Brésil de l’Académie chinoise des sciences sociales, estime que la Chine jouera un rôle moteur dans ce processus : « La Chine est plus avancée que les autres pays des BRICS dans le e-commerce et elle peut diriger le développement en matière de consommation et de partage de ses expériences fructueuses. »

Les pays des BRICS ont un potentiel colossal pour développer le commerce. Ils représentent déjà un quart de l’économie mondiale, alors qu’ils ne génèrent que 11 % du commerce mondial dans les services.

« Les services contribuent à plus de 50 % au PIB des pays des BRICS. Nous avons choisi attentivement les domaines, qui seront les premières étapes dans le renforcement du commerce des services », explique Zhang Shaogang, le directeur général du Département du commerce international et des affaires économiques du MOFCOM.

« Le tourisme est un premier choix évident, car les pays des BRICS sont tous des destinations touristiques populaires, ajoute-t-il. Les touristes chinois deviennent de plus en plus familiers avec ces destinations touristiques, car leurs vacances leur permettent de se rendre en Asie et aux quatre coins du monde. »

Les services dans les secteurs de la médecine, de la technologie de l’information, de l’éducation et de la construction seront à l’avant-garde de cette nouvelle initiative.

Des mesures seront prises pour améliorer la collection des données, améliorer la qualité des services, coordonner les réglementations transfrontalières et briser la barrière du langage.

La rencontre a également généré des accords liés à l’augmentation des investissements, au renforcement de la protection des droits de propriété intellectuelle, à la construction d’un système de commerce multilatéral, à l’opposition au protectionnisme commercial et au renforcement des liens économiques et technologiques.

« Cette rencontre a démontré l’esprit d’ouverture, l’inclusivité et la coopération gagnant-gagnant des BRICS, indique Zhong Shang. Elle a engendré des résultats remarquablement fructueux et posé des fondations solides pour un Sommet des BRICS couronné de succès à Xiamen en septembre [prochain]. »

Suivez China.org.cn sur Twitter et Facebook pour rejoindre la conversation.
Source: french.china.org.cn

Réagir à cet article

Votre commentaire
Pseudonyme
Anonyme
Les dernières réactions (0)

Les articles les plus lus