Un chef de secte fait fortune en vendant de faux médicaments « au pouvoir du Bouddha »

Par : Vivienne |  Mots clés : Milefo Dao
French.china.org.cn | Mis à jour le 21-06-2016

Un chef de secte fait fortune en vendant de faux médicaments « au pouvoir du Bouddha »

« Quand j'ai eu des doutes, on m'a dit que le produit ne fonctionnait pas sur moi parce que je n'étais pas assez pieuse », raconte au Hubei Daily Mme Chen, âgée de 52 ans, ancienne membre d'un culte illégal.

Mme Chen a vécu deux mariages terribles et souffre d'une mauvaise santé depuis longtemps. Lorsqu'elle a entendu que le culte du « Milefo Dao », qui prône l'adoration du Bouddha Maitreya, pourrait changer sa vie, elle a rejoint le culte et est devenue l'une de ses comptables.

Cependant, après avoir dépensé tout son argent en « produits de santé » de la secte, elle ne se sentait pas mieux. Son état de santé a même empiré et elle s'est cassé quelques os après quelques chutes.

Le 1er avril, un tribunal de la province du Hubei a condamné 16 membres de la secte à des peines d'emprisonnement allant de deux à six ans pour diffusion de superstitions, ce qui a relancé un débat public sur les cultes et le mal qu'ils font à la société.

Selon la police, le culte avait mis en place un système d'organisation secret et strict et avait plus de 4 000 adeptes à travers le pays au bout d'un an. En organisant des conférences et en vendant des produits, le chef de la secte aurait ainsi gagné plus de 10 millions de yuans (1,5 million de dollars).

La Chine a lancé une campagne de répression contre les sectes après que six membres du culte de Dieu Tout-Puissant ont battu à mort une femme dans un McDonalds à Zhaoyuan, dans la province du Shandong en 2014. Elle avait refusé de leur donner son numéro de téléphone.

Le Conseil d'Etat et le ministère de la Sécurité publique ont identifié au moins 14 cultes depuis les années 1990.

Extinction et communisme

La police du Hubei a découvert que le chef de la secte, Li Changlu, âgé de 61 ans et originaire de la ville de Yongzhou dans la province du Hunan, rassemblait d'anciens membres de la secte Zhong Gong depuis 2011. Se faisant appeler successeur de l'ancien chef de Zhong Gong et réincarnation du Bouddha Maitreya, il a établi le culte Milefo Dao et a recruté des adeptes dans 23 provinces.

La secte Zhong Gong a été fondée en 1987, quatre ans avant l'interdiction du mouvement Falun Gong, autrefois populaire, après que plus de 10 000 membres ont organisé une manifestation illégale devant le siège du Parti communiste à Beijing, a rapporté le New York Times.

Comme le Falun Gong, Zhong Gong avait à sa tête un individu charismatique reprenant à son compte divers concepts chinois traditionnels, offrant des exercices de méditation pour promouvoir la santé et l'éveil. Selon certains, le culte avait plusieurs dizaines de millions d'adeptes à son apogée, au début des années 1990.

Les policiers qui ont travaillé sur le dossier Milefo Dao expliquent que les croyances de l'organisation étaient basées sur Zhong Gong, et incluaient l'idée que le monde était sur le point connaître un événement d'extinction de masse, la seule façon de survivre (et de réaliser pleinement le communisme) étant d'obéir aux enseignements du Bouddha Maitreya.

Li Changlu a créé une société pour gérer la situation financière de la secte en 2012 et a mis en place des succursales dans tout le pays. Il a formé un chef et un tuteur pour chaque branche et appelait ses partisans « employés ».

« Avant chaque réunion, nous placions six tasses sur un bureau et adorions les six Immortels. Après l'arrivée du chef Li, nous pouvions nous asseoir », raconte un ancien membre, en ajoutant qu'on leur disait que plus ils assisteraient à des rituels, plus leur « pouvoir » se développerait.

Selon la police, pour garder son organisation secrète, Li Changlu exigeait que tous les membres changent fréquemment de numéros de téléphone, utilisent des codes secrets, et vivent dans des logements de location cachés. Si la participation d'un membre était découverte par les autorités, l'individu en question n'était plus autorisé à participer aux réunions pendant plusieurs mois.

Un culte lucratif

Tout en opérant un lavage de cerveau sur ses membres, Li Changlu insistait également pour qu'ils achètent des « produits de santé ».

Il affirmait que ses produits étaient imprégnés du pouvoir de Bouddha et demandait aux membres d'en prendre pour accumuler leurs « mérites ». Les boîtes de médicaments étaient vendues aux membres avec des marges significatives.

« Le tuteur nous disait que lorsque le produit avait été touché ou béni par lui, son pouvoir changeait totalement. Qu'en prenant ces médicaments, nous deviendrions immortels », a déclaré un membre.

Les produits vendus par le culte n'ont pas de licence pharmaceutique et ne sont pas conformes aux normes alimentaires et pharmaceutiques du pays, a indiqué la police.

La police a arrêté 21 cadres du culte en août 2015 et confisqué 10,32 millions de yuans, 37 cartes bancaires et 82 livres de propagande.

« Un culte demande généralement à ses membres d'adorer un dieu ou Bouddha, mais en réalité, on déifie le fondateur de la secte, en utilisant quelques sophismes plutôt que des doctrines religieuses », a déclaré au Global Times Shen Guiping, spécialiste des questions religieuses à l'Institut central du socialisme.

M. Shen a expliqué que les sectes promeuvent souvent des doctrines antisociales ou contre l'humanité, et essaient de s'enrichir par divers moyens.

Suivez China.org.cn sur Twitter et Facebook pour rejoindre la conversation.
Les dernières réactions            Nombre total de réactions: 0
Sans commentaire.
Voir les commentaires
Votre commentaire
Pseudonyme   Anonyme
Retournez en haut de la page