·
Chine 2006
·
La Chine en questions et réponses 2005
·
Chine: faits et chiffres 2005
·
Chine Tibet: Faits et chiffres 2005
·
2004 : de province en province
·
Le système politique chinois
· Le régime législatif de Chine
· Le système judiciaire chinois
· La structure de l'Etat
· Connaissances sur la Chine
· Ethnies minoritaires
· Les deux rives du détroit de Taiwan
· Beijing 2008




Accueil    CHAPITRE V Ouverture sur l’extérieur et commerce
Depuis le début du XXIe siècle, la Chine s'efforce de s'ouvrir davantage sur l'extérieur dans tous les domaines en continuant d'ouvrir son marché culturel au reste du monde, de remplir ses promesses d'entrée dans l'OMC, de coopérer en matière énergétiqueavec des pays amis sur une base d'égalité et de réciprocité, et de procéder à la fusion avec l'étranger. Elle unifiera les impôts sur le revenu des entreprises à capitaux exclusivement chinois et sur le revenu des entreprises à capitaux étrangers, ce qui ne saurait avoir un grand impact sur l'introduction de capitaux étrangers en Chine. Dans le domaine du commerce extérieur, elle tâchera d'optimiser la structure du commerce extérieur en modifiant le mode d'accroissement, elle ne recherchera pas une balance favorable de son commerce avec les États-Unis et cherchera une solution judicieuse à la friction commerciale. De plus, elle prendra une série de nouvelles mesures pour soutenir le développement rapide des pays en voie de développement.
5-1 Q. : Quels sont les points importants du projet d'élargissement de l'ouverture sur l'extérieur dans tous les domaines lancé par la Chine face à la mondialisation économique internationale ?
R: La politique d'ouverture sur l'extérieur est une politique fondamentale à long terme, et après des années d'effort, une structure d'ouverture sur l'extérieur tous azimuts, dans de larges domaines et à de multiples niveaux, a été établie pour l'essentiel. À en juger par l'étape de développement auquel l'économie chinoise se trouve actuellement, le projet d'élévation du niveau d'ouverture sur l'extérieur dans tous les domaines comprend principalement les quatre points suivants.
5-2 Q. : Lors de son entrée dans l'OMC, la Chine a promis d'ouvrir son marché culturel. Qu'en est–il maintenant ? Quels domaines la Chine a-t-elle ouverts au reste du monde ? Dans quels domaines impose-t-elle des restrictions ? La Chine craint-elle que les produits culturels et les services étrangers ne donnent l'assaut à son propre marché culturel ?
R: Depuis quatre ans après son adhésion à l'OMC, la Chine a ouvert progressivement les domaines de son marché culturel selon l'échéancier promis. Maintenant, les investisseurs étrangers sont autorisés à établir, sous forme de capitaux étrangers, de capitaux sino-étrangers et de coopération, des entreprises d'emballage et d'impression, des points de vente de livres et périodiques, des entreprises de production de cédéroms et de gestion de produits artistiques.
 5-3 Q : Depuis des années, certains pays critiquent la Chine en disant que si des frictions et différends commerciaux se produisent, c'est parce qu'elle n'a pas rempli les promesses qu'elle avait faites lors de son accès à l'OMC. Quelle est votre opinion ?
R: Nous prenons note des commentaires de certains pays. À notre avis, les commentaires étaient aussi favorables qu'objectifs en 2002, alors qu'on a commencé à voir certaines plaintes à partir du second semestre de 2002, et qu'en 2004, on a poussé les plaintes jusqu'à intenter des procès auprès de l'OMC.
5-4 Q : Une opinion internationale veut que la hausse des prix du pétrole brut ou la pénurie de ressources énergétiques dans le monde soit causée par l'accroissement des besoins de la Chine. Qu'en est-il ? Depuis des années, la Chine procède à la coopération avec beaucoup de pays dans le domaine énergétique. A-t-elle pour objectif de s'approprier ou contrôler les ressources de pétrole ?
R: Il s'agit là d'une opinion sans fondement. La Chine n'est pas l'unique pays dont les besoins en pétrole augmentent. En réalité, la hausse des prix internationaux du pétrole brut est imputable à d'innombrables facteurs.
5-5 Q. : Toute la planète vit maintenant un nouvel essor de fusion avec l'étranger, dont l'aspect principal est l'internationalisation des entreprises chinoises. Quel est l'objectif des entreprises chinoises ? Quels facteurs freinent la Chine dans ses annexions ?
R. : Il y a dix ans, le terme « annexion » était inconnu en Chine. Aujourd'hui, où le marché chinois s'ouvre de plus en plus et la vague de l'annexion des entreprises du monde ne cesse de monter, les entreprises chinoises font face à une nouvelle époque.
5-6 Q. : Entre 2006 et 2010, la Chine uniformisera le taux d’impôt sur les bénéfices des entreprises à capitaux intérieurs et à investissements étrangers, et annulera finalement les politiques préférentielles accordées à ces entreprises. Cette information est-elle juste ? Quel sera l’impact sur l’absorption des capitaux étrangers ?
R. : Oui, nous sommes en train d'y voir. Actuellement, pour toutes les entreprises à capitaux intérieurs, le taux d'imposition est de 33 % ; pour les entreprises à investissements étrangers qui s'implantent dans les zones économiques spéciales, il est de 15 %, et pour celles qui s'implantent dans les quatorze villes littorales ouvertes, de 24 %.
 5-7 Q. : On prévoit qu'entre 2006 et 2010, le commerce extérieur de Chine changera énergiquement de mode de croissance et que sa structure s'optimisera pour transformer ce grand pays commercial en un pays commercial puissant. Quelle raison sous-tend ce changement ? De quels changements s'agit-il ?
R. : En 2005, le montant total d'import-export de la Chine a atteint 1,4221 billion de USD, soit une hausse de 23,2 % par rapport à l'année précédente et représentant environ 6 % de la totalité mondiale, dont la Chine a exporté pour 762 milliards de USD (+28,4 %), importé pour 660,1 (+17,6 %), consolidant sa position de grand pays commercial.
5-8 Q. : Du fait que la Chine a connu une balance favorable dans son commerce avec les États-Unis, certains médias étatsuniens croient que « la Chine n'est pas un partenaire commercial équitable des États-Unis » ; quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ? Quelles sont les raisons du grand déséquilibre entre la Chine et les États-Unis ?
R. : Nous ne croyons pas que c'est une affirmation correcte. Il s'agit d'un fait objectif : le déséquilibre commercial existe entre les deux pays et le déficit est du côté des États-Unis. Ainsi, les deux parties doivent traiter judicieusement la question.
5-9 Q. : La Chine a rencontré de plus en plus de frictions commerciales et a été depuis dix ans le pays qui subit le plus d'enquêtes d'antidumping du monde. Comment la Chine considère-t-elle ces frictions commerciales ? Quelles mesures prend-elle pour les réduire ?
R. : Depuis la fondation de l'OMC en 1995, des cas d'enquête sur le dumping, la subvention, les mesures de garantie et les garanties spéciales concernant des produits chinois ont été nombreux, et ont influencé chaque année les exportations d'une valeur de 40 à 50 milliards de USD. La Chine est la plus grande victime des frictions commerciales mondiales.
5-10 Q. : Lors de la célébration du 60e anniversaire de l'Onu en septembre 2005, le président Hu Jintao a annoncé que le gouvernement chinois prendrait certaines nouvelles mesures visant à accélérer le développement des pays en développement. Quels domaines touchent ces nouvelles mesures ? La Chine changera-t-elle son principe d'aide envers les pays en développement ?
R. : Pour accomplir les Objectifs du Millénaire pour le développement, les nouvelles mesures que prendra le gouvernement chinois touchent cinq domaines.
Copyright © China Internet Information Center. All Rights Reserved E-mail: webmaster@china.org.cn Tel: 86-10-88828000