La FAO lance à Abidjan un projet de développement de l'aquaculture dans des pays ACP

Par : Yann |  Mots clés : CôteIvoire,aquaculture,FAO,ACP
French.china.org.cn | Mis à jour le 22-01-2021

Un projet de développement de l'aquaculture d'un coût de 29,7 milliards de francs CFA (environ 55,1 millions USD) dans 12 pays Afrique-Caraïbes-Pacifique (ACP) dont la Côte d'Ivoire a été lancé jeudi à Abidjan à l'initiative de l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO).

Financé par l'Union européenne (UE) et le ministère fédéral allemand de la Coopération économique et du développement, le projet "Fish for ACP" est une "approche innovante qui permettra de stimuler les retours économiques et l'équité sociale et de réduire les impacts négatifs sur l'environnement marin, une vision qui entre en lien avec l'objectif de développement durable 14 des Nations unies", a indiqué le représentant résident de la FAO en Côte d'Ivoire, Samy Gaïj.

L'UE ambitionne d'utiliser son marché intérieur comme "un puissant outil de levier vers des normes sociales, environnementales plus élevées pour le bénéfice de tous, car à cela s'adjoindra une meilleure rémunération des producteurs", a-t-il ajouté.

"Fish for ACP", une initiative de l'Organisation des Etats d'Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (OACPS) portant essentiellement sur le développement durable de la chaîne de valeur de l'aquaculture du tilapia du Nil, vise la sécurité alimentaire et nutritionnelle, la création d'emplois en assurant la durabilité économique, sociale et environnementale des chaînes de valeur de la pêche et de l'aquaculture.

La Côte d'Ivoire, qui produit actuellement 10.000 tonnes de tilapia, enregistre un déficit de 400.000 tonnes et envisage de produire davantage pour satisfaire le marché local, selon le ministère ivoirien des Ressources halieutiques.

Les produits de la pêche sont une ressource importante pour le pays avec environ 98,39 milliards de francs CFA (178 millions USD) par an de recettes d'exportations.

Suivez China.org.cn sur Twitter et Facebook pour rejoindre la conversation.
Source: Agence de presse Xinhua
Retournez en haut de la page