Il n'y a pas d'obstacle "insurmontable" pour la coopération sino-américaine (COMMENTAIRE)

Par : Laura |  Mots clés : Chine-Etats-Unis-relations
French.china.org.cn | Mis à jour le 14-08-2020

Au cours de sa première visite en Chine en 1972, le président américain d'alors Richard Nixon avait déclaré lors d'un toast porté à un dîner d'Etat à Beijing : "Ce ne sont pas nos croyances communes qui nous ont réunis ici, mais nos intérêts communs et nos espoirs communs".

A la fin de cette visite, la Chine et les Etats-Unis publiaient le communiqué de Shanghai, qui reconnaît une volonté consensuelle essentielle pour les deux parties de chercher un terrain d'entente tout en mettant de côté leurs différences, jetant les bases politiques du développement des liens bilatéraux.

Malheureusement, près d'un demi-siècle plus tard, l'administration américaine actuelle semble s'écarter de cette ligne directrice politique essentielle, car elle a lancé une campagne agressive de dénigrement de la Chine, cherchant à faire oublier la vérité sur les liens bilatéraux, et s'efforce ouvertement d'induire des changements en Chine selon ses desseins.

Si la position de plus en plus conflictuelle de la Maison Blanche à l'égard de Beijing en partie motivée par ses craintes concernant sa réélection, elle reflète également les idées fausses profondément ancrées à Washington sur la Chine et les liens bilatéraux.

Le célèbre romancier français Gustave Flaubert l'a dit un jour : "Notre ignorance de l'histoire nous amène à calomnier notre propre époque". La campagne anti-chinoise de Washington met à nu son ignorance et son arrogance, qui ont plongé les relations bilatérales en terrain inexploré et précaire, ce qui constitue une grave menace pour la stabilité et le développement dans un monde qui est aux prises avec le double défi de la pandémie de nouveau coronavirus et d'une récession économique majeure.

Malgré la posture de plus en plus belliqueuse des Etats-Unis à l'égard de la Chine, des esprits sobres dans le monde entier ont formulé des évaluations rationnelles et objectives de la nature et des avantages de bonnes relations entre la Chine et les Etats-Unis.

"Cet engagement nous a permis, ainsi qu'à la région Asie-Pacifique et au monde entier, de jouir d'une paix et d'une prospérité sans précédent", a déclaré l'ancien président américain Jimmy Carter au début de ce mois dans une lettre adressée aux participants d'un dialogue virtuel sur les relations sino-américaines.

L'interaction entre les deux pays est devenue à la fois un produit et un moteur décisif de la mondialisation, a écrit Mario Del Pero, professeur d'histoire internationale à Sciences Po (Paris), dans le quotidien britannique The Guardian, en soulignant que ce sont les interdépendances profondes qui définissent les relations sino-américaines et qui révèlent à quel point les liens bilatéraux sont particuliers et déterminés.

En ce moment critique pour les relations sino-américaines, les décideurs à Washington devraient mettre un frein à leur entêtement et faire le bon choix qui revêt une importance gigantesque non seulement pour les deux pays, mais aussi pour le reste du monde.

Le plus urgent est que Washington abandonne sa politique hostile envers la Chine et revienne à la voie choisie par les deux parties en 1972, laquelle a assuré un développement généralement stable des liens bilatéraux au cours des 40 dernières années.

Richard Nixon avait déclaré dans son toast de 1972 : "Lorsque nous discutons de nos différences, aucun de nous ne compromettra ses principes. Mais si nous ne pouvons pas combler le fossé qui nous sépare, nous pouvons essayer de le combler afin de pouvoir en discuter". Des paroles toujours d'actualité.

Pour y parvenir, cela exige de Washington qu'il respecte les intérêts fondamentaux de la Chine et ses préoccupations majeures sur les questions liées à Taïwan, Hong Kong, le Tibet et le Xinjiang, entre autres.

Face aux provocations de Washington, Beijing a toujours réagi avec sang-froid et bon sens et rejette toute tentative visant à créer une soi-disant "nouvelle Guerre froide". Cela ne signifie pas pour autant que la Chine restera les bras croisés et verra ses intérêts fondamentaux lésés. Les faucons anti-Chine à Washington ne doivent pas se méprendre sur la détermination de la Chine à défendre sa souveraineté et sa sécurité, afin d'éviter toute erreur de calcul stratégique.

Depuis l'établissement de leurs relations diplomatiques en 1979, la coopération dynamique et globale entre les deux pays a apporté d'énormes avantages aux deux peuples et à ceux du monde entier. Pour l'avenir, alors que l'humanité est confrontée à une série de défis communs importants, notamment le COVID-19 et le changement climatique, les deux parties ont plus de raisons de travailler ensemble que de se retourner l'une contre l'autre.

"Les 41 dernières années n'ont pas toujours été faciles pour les relations entre la Chine et les Etats-Unis (...) Toutefois, les deux pays ont toujours abordé leurs relations dans une perspective historique et en gardant à l'esprit la situation globale", a écrit le haut diplomate chinois Yang Jiechi dans un article récent, ajoutant qu'"aucun obstacle n'est insurmontable pour les deux pays et la clé réside dans un véritable engagement en faveur du respect mutuel, de l'égalité et de la recherche d'un terrain d'entente tout en mettant les différences de côté".

Comme toujours, le tango se danse à deux. La Chine est toujours prête à travailler en étroite collaboration avec les Etats-Unis pour le bien-être des deux pays et les intérêts communs du monde entier. Les administrations américaines précédentes avaient déjà fait des choix clairvoyants. Ceux qui sont aux commandes de l'Amérique aujourd'hui devraient prouver qu'ils ont une vision similaire pour travailler avec Beijing tout en tolérant leurs différences.

Suivez China.org.cn sur Twitter et Facebook pour rejoindre la conversation.
Source: Agence de presse Xinhua
Retournez en haut de la page