Envoyer [A A]

Les décrets américains contre TikTok et WeChat sous le feu des critiques

French.china.org.cn | Mis à jour le 09. 08. 2020 | Mots clés : TikTok

La Chine a exprimé vendredi 7 août sa ferme opposition à la signature par le président américain Donald Trump de décrets interdisant les applications TikTok et WeChat aux États-Unis, en qualifiant cette décision « d’action purement et simplement hégémonique ».

« En brandissant le prétexte de la sécurité nationale, les États-Unis abusent du pouvoir de l’État pour réprimer de manière déraisonnable certaines entreprises non américaines », a déclaré Wang Wenbin, porte-parole du ministère des Affaires étrangères, lors d’un point de presse à Beijing.

Ces décrets annoncés jeudi interdiront lors de leur entrée en vigueur dans 45 jours les transactions aux États-Unis avec les propriétaires chinois de ces deux applications populaires. Il s’agit de la dernière mesure en date de l’administration américaine dans l’escalade de la répression visant des applications chinoises en raison de prétendues préoccupations liées à la sécurité nationale.

Wang Wenbin a déclaré que les États-Unis se livraient à une manipulation politique délibérée et à une oppression au détriment des intérêts des utilisateurs et entreprises américains. Il a ajouté que cela ne conduirait qu’à une perte de supériorité morale avec une image ternie et un déficit de confiance.

En notant que de nombreuses voix aux États-Unis et dans la communauté internationale ont émis des critiques et des doutes sur les actions récentes du pays, M. Wang a indiqué que la Chine appelait les États-Unis à écouter les voix rationnelles, corriger ses décisions erronées et cesser de politiser des questions économiques et d’opprimer des entreprises.

« Nous exhortons les États-Unis à fournir un environnement commercial équitable, juste et non discriminatoire aux entreprises de tous les pays », a-t-il souligné.

Dans un communiqué publié vendredi, la société mère de TikTok, ByteDance, a exprimé son choc à propos du décret et a annoncé son intention de saisir les tribunaux américains si le gouvernement refusait de la traiter de manière équitable.

« Nous utiliserons tous les moyens à notre disposition pour garantir l’application du droit et le traitement équitable de notre entreprise et nos utilisateurs », a indiqué la société.

L’entreprise a réaffirmé qu’elle n’avait jamais partagé les données de ses utilisateurs avec le gouvernement chinois ni censuré de contenu à la demande de Beijing.

Wang Wenbin a par ailleurs déclaré qu’à la date du 9 août, la Chine avait fourni 26,5 milliards de masques, 330 millions de combinaisons de protection, 31 millions de paires de lunettes de protection, 610 millions de paires de gants chirurgicaux et 11500 respirateurs aux États-Unis.

« Nous espérons que les États-Unis lutteront contre la pandémie de COVID-19 dans un futur proche », a déclaré M. Wang, en ajoutant que la Chine espère que les quelques politiciens américains concernés cesseront de politiser le virus et de rejeter la faute sur la Chine.

M. Wang a fait ces remarques après que l’ambassadeur américain en Chine, Terry Branstad, a déclaré jeudi durant une visite à Shanghai que le matériel de protection transporté de Chine vers son pays avait sauvé de nombreuses vies.

Suivez China.org.cn sur Twitter et Facebook pour rejoindre la conversation.
Source:french.china.org.cn