France : Greenpeace tire un feu d'artifice sur le site d'une centrale nucléaire pour dénoncer le manque de sécurité

Par :  |  Mots clés : France-nucléaire
French.china.org.cn | Mis à jour le 12-10-2017

Des militants de l'ONG environnementale Greenpeace ont tiré un feu d'artifice tôt jeudi sur le site de la centrale nucléaire de Cattenom en Moselle (est de France) pour dénoncer les défaillances de sécurité.

Greenpeace a indiqué avoir tiré ce feu d'artifice "au pied de la piscine de combustible usagé". Yannick Rousselet, chargé de campagne nucléaire de l'ONG, a déclaré sur Franceinfo que le spectacle pyrotechnique avait duré "deux minutes et trente secondes" avant que les gendarmes n'interviennent.

Cette opération a pour objectif de "dénoncer la fragilité et l'accessibilité de ces bâtiments pourtant chargés de radioactivité", a fait savoir Greenpeace.

Deux jours auparavant, elle avait publié une partie d'un rapport remis entre autres à l'Autorité de sûreté du nucléaire (ASN) sur la sécurité des centrales nucléaires françaises, faisant état de graves défaillances, notamment au regard de la menace terroriste.

"A 5h37 (heure locale), des individus se sont introduits par effraction sur le site de la centrale nucléaire de Cattenom (...) L'intrusion a immédiatement été détectée par les équipes de sécurité du site et le peloton spécialisé de protection de la gendarmerie les a interceptés à 5h45 (heure locale)", a indiqué EDF dans un communiqué.

"Les intrus sont toujours restés à l'extérieur des bâtiments et hors zone nucléaire. Cette intrusion n'a eu aucun impact sur la sûreté des installations. Il s'agit d'une infraction au regard du code de la défense, qui donnera lieu au dépôt d'une plainte. EDF condamne avec vigueur des actions violentes d'un mouvement multipliant les illégalités", a ajouté l'électricien français.

Selon la radio France Bleu Lorraine Nord, les quelque mille salariés de la centrale étaient toujours maintenus à l'extérieur du site jeudi en milieu de matinée suite à l'intrusion des militants.

Suivez China.org.cn sur Twitter et Facebook pour rejoindre la conversation.
Source: Agence de presse Xinhua

Lire aussi

Retournez en haut de la page