Envoyer [A A]

La France prend des mesures pour assainir les réseaux sociaux

French.china.org.cn | Mis à jour le 18. 09. 2017 | Mots clés : internet

« Ne perdez pas votre temps et votre argent, je n’ai jamais connu pire service. Le serveur a dit que son supérieur allait arriver immédiatement, mais personne n’est venu. Je suis tenté de donner un zéro pointé. » En août dernier, un restaurant américain a fait les frais de commentaires unanimement négatifs sur un site d’évaluation populaire, la colère des internautes devant leurs écrans ne s’épuisant pas. Cependant, le journal français Le Monde a rapporté que cela était le produit d’un projet de recherche et développement mené par l'Université de Chicago sur les capacités d’apprentissage de l’intelligence artificielle par la collecte automatique d'informations pour imiter les commentaires humains. Cela a déclenché une vague d’inquiétude quant à la fiabilité des commentaires sur internet : « Si les ordinateurs sont capables de générer automatiquement des commentaires, les faux articles seront bientôt là ! »


Si cet essai montre à quel point il est peu coûteux de créer des rumeurs, la France s’inquiète déjà depuis quelques années des problèmes posés par les commentaires malveillants et de leur impact négatif sur la société. L'enquête montre qu'en Europe, les Français sont parmi ceux qui expriment le plus leurs points de vue sur internet. Cependant, la véracité des commentaires est difficile à établir. Un restaurant ou un hôtel peut être amené à fermer ses portes en raison de commentaires négatifs écrits par des concurrents, et l'industrie a demandé aux autorités de se saisir du problème pour assainir l'environnement en ligne. On trouve aussi sur internet des messages de soutien aux terroristes, des commentaires racistes, populistes et représentant tous les extrémismes.


La confiance des Français dans les informations en ligne diminue d’ailleurs d'année en année. L'agence Nielsen indique qu’en 2007, le degré de confiance atteignait 71 %, pour chuter à 53 % en 2013. Aujourd’hui, huit Français sur dix estiment être entourés de fausses informations lorsqu’ils vont sur internet.


Certains analystes soulignent qu’en l’absence de contrôle sur l’identité de ceux qui publient ou soutiennent des informations sur internet, il est inévitable que le contenu malveillant se propage. Les faux commentaires endommagent non seulement l'environnement du réseau, ils ont un impact sur l’activité commerciale et la stabilité sociale. Le gouvernement français a pris diverses mesures pour contrôler l'environnement en ligne.


Tout d'abord, au niveau législatif, le discours en ligne est protégé par la liberté d’expression, mais le contenu incitant à la haine, diffamatoire ou discriminant est passible de sanctions pénales, qu’il s’agisse de photos, de vidéos ou de propos écrits. Les internautes et les réseaux sociaux sont responsables du contenu publié. Ceux qui sont à l’origine de contenu illégal sont passibles d'une amende pouvant aller jusqu’à 45 000 euros et d'une peine d'emprisonnement. En août dernier, un Français a été condamné à dix-huit mois de prison pour apologie du terrorisme sur les réseaux sociaux. Une ancienne dauphine de concours de beauté a aussi été condamnée à trois années de réclusion dont une avec sursis pour avoir prêté allégeance en ligne à l’Etat islamique et incité ses amis à faire le djihad. Les réseaux sociaux et applications de messagerie instantanée sont responsables de la suppression du contenu illégal. S’ils manquent à cette obligation, ils s’exposent à de lourdes amendes.


Au niveau administratif, le système judiciaire français a mobilisé une équipe policière dédiée au traitement du contenu illicite. Le gouvernement encourage les gens à dénoncer le plus tôt possible les fausses informations sur les réseaux sociaux pour que la police fasse son travail de vérification. Si la propagation de rumeurs est avérée, les contrevenants s’exposent à des sanctions pénales.


Au niveau social, les grandes entreprises ont mis en place des règlements pour leurs employés, afin de protéger leur image sur les réseaux sociaux. Orange, le plus grand opérateur de télécommunications du pays, a ainsi élaboré quatorze nouvelles clauses, qui demandent à ses employés de se comporter de manière transparente, professionnelle et courtoise sur les réseaux sociaux.


Suivez China.org.cn sur Twitter et Facebook pour rejoindre la conversation.
Source:french.china.org.cn

Lire aussi