L'ONU retire 30 travailleurs humanitaires d'Aburoc au Soudan du Sud en raison des combats

Par :  |  Mots clés : ONU-Soudan du Sud-humanitaires
French.china.org.cn | Mis à jour le 15-09-2017

La Mission des Nations unies au Soudan du Sud (UNMISS) a annoncé jeudi avoir retiré 30 travailleurs humanitaires à la suite de la reprise des combats récemment dans la zone d'Aburoc dans la région du Nil supérieur.

Le directeur de l'UNMISS, David Shearer, a déclaré que son organisation avait été contrainte de retirer ces 30 travailleurs humanitaires suite aux combats qui ont éclaté mercredi et exposé au risque des milliers de civils, dans le cadre d'une opération des forces gouvernementales pour chasser les rebelles de cette ville du nord du pays.

"Nous ne savons pas encore exactement ce qui se passe sur le terrain pour déterminer si les combats se poursuivent encore où s'ils vont probablement se poursuivre. L'important pour les deux parties est de se retirer car il y a un grand nombre de civils là-bas (à Aburoc) que les organisations humanitaires devaient aider", a-t-il dit à Juba.

"J'ai été là-bas et j'ai visité cette zone et la grande majorité de ces gens sont des femmes, des enfants et des personnes âgées. Aussi j'aimerais que les parties en conflit se retirent et permettent à ces personnes de se rendre dans la zone protégée qu'ils méritent et dont ils ont besoin", a-t-il dit.

Il reste près de 10.000 personnes, dont des femmes et des enfants, dans la zone troublée d'Aburoc sur les bords du Nil.

En mai, les forces de l'UNMISS ont été temporairement déployées là-bas pour contribuer à la livraison d'aide humanitaire après les combats entre les factions en conflit.

Par ailleurs, M. Shearer a également révélé que l'aggravation de la crise humanitaire au Soudan du Sud et les efforts de relance de l'accord de paix par l'Autorité intergouvernementale pour le développement (IGAD), bloc régional, seraient discutés lors de la 72ème Assemblée générale de l'ONU qui a lieu actuellement à New York.

Cette réunion soulignera également l'importance de mettre fin à l'impunité pour les attaques contre des civils et travailleurs humanitaires, a-t-il révélé, ajoutant que le nombre de travailleurs humanitaires tués au Soudan du Sud cette année s'élevait à 18 après le meurtre récent d'un chauffeur qui travaillait pour le Comité international de la Croix-Rouge dans la région d'Equatoria central.

"Nous espérons que la solidarité et la communauté d'objectifs de l'ONU, de l'Union africaine et de l'IGAD permettra à ces organisations de convenir d'un engagement ferme à un règlement politique, et soutiendra la revitalisation du processus de paix. Je pense que les discussions devraient étudier des plans pour le prochain forum de l'IGAD à Addis-Abeba", a-t-il ajouté.

Le dialogue national qui a lieu actuellement sera également relancé à New York, a également indiqué M. Shearer. L'ONU a déjà fourni un soutien financier et logistique en plus de contribuer un certain nombre d'experts pour former et conseiller le comité de pilotage du dialogue national.

"L'ONU considère le dialogue national comme une étape positive dans la poursuite globale de la paix, et comme une opportunité de redonner une nouvelle vie à l'accord de paix de 2015. Toutefois, pour que le dialogue national soit réussi et permettre une discussion libre en réunissant toutes les parties, la cessation des hostilités est une condition importante", a-t-il dit. 

Suivez China.org.cn sur Twitter et Facebook pour rejoindre la conversation.
Source: Agence de presse Xinhua

Lire aussi

Retournez en haut de la page