Envoyer [A A]

Un criminel en fuite arrêté grâce à la reconnaissance faciale

French.china.org.cn | Mis à jour le 29. 04. 2019 | Mots clés : reconnaissance faciale, criminel

Les détails choquants sur la manière dont un ancien étudiant d'une grande université chinoise aurait tué sa mère en 2015, puis empêché la découverte de son cadavre en décomposition et d’échapper à la police pendant près de quatre ans - ont été dévoilés après son arrestation le 20 avril.

L’homme, qui a maintenant 24 ans, avait réussi à garder sa localisation secrète avec l’aide de plus de 30 cartes d’identité et a finalement été arrêté grâce à la dernière technologie de lutte contre la criminalité : la reconnaissance faciale.

Wu Xieyu, originaire de la province du Fujian, a été arrêté le 20 avril dans un aéroport de la municipalité de Chongqing alors qu'il y accompagnait un ami vers 4 heures du matin. Il a été repéré à quatre reprises avec du matériel de surveillance en passant des contrôles de sécurité à une entrée de l'aéroport. Le système a alerté des policiers à l'aéroport, les images correspondant en effet à hauteur de 98 % aux photographies de l'homme enregistrées dans une base de données des personnes recherchées, a rapporté le site ThePaper.cn dimanche.

Lorsque cet ancien étudiant de l'université de Beijing a été arrêté, il était en possession de plus de 30 cartes d'identité achetées en ligne, a rapporté Beijing News.

« Il est très probable que les cartes d'identité qu'il a achetées aient été perdues et ont ensuite été obtenues par des revendeurs illégaux », a déclaré dimanche Dai Peng, chef du département des enquêtes de l'Université de la Sécurité publique du peuple chinois. « Ces cartes d’identité sont toujours actives et peuvent être utilisées, ce qui est en fait un défaut du système. »

« La technologie de reconnaissance faciale a actuellement été adoptée pour corriger cette faille, ce qui signifie que l'utilisation d'une carte d'identité seule ne permet pas de passer le contrôle de sécurité dans les aéroports ou de s'enregistrer dans les hôtels. La technologie a permis l’arrestation de M. Wu. L’utilisation de cartes d’identité appartenant à d’autres personnes pour mener des activités criminelles en Chine est déjà devenue très difficile et le sera encore plus à l'avenir. » M. Dai a ajouté que les forces de la sécurité publique luttaient contre la vente illégale de cartes d'identité. Le marché va également certainement décliner à mesure que davantage d'informations biométriques sont utilisées pour confirmer l'identité des personnes, a-t-il déclaré.

En mars 2016, la police de Fuzhou (province du Fujian) avait offert une récompense de 50 000 yuans (7 430 dollars) pour toute information menant à l'arrestation de M. Wu, suspect du meurtre de sa mère, Xie Tianqin. Son corps avait été retrouvé le 14 février 2016 dans son appartement de l’immeuble des enseignants d'un collège de Fuzhou. Selon des sources policières, elle aurait été assassinée par son fils après une altercation le 11 juillet 2015. M. Wu aurait calfeutré la chambre après le meurtre, enveloppé le cadavre de multiples couches de plastique et utilisé du charbon actif pour absorber l'odeur. Il avait également installé des caméras de surveillance dans la pièce et les avaient connectées à son ordinateur pour garder un œil sur tout.

Prétextant des études aux Etats-Unis, M. Wu avait réussi à emprunter plus d'un million de yuans au nom de sa mère après sa mort, a fait savoir la police. En fuite, il avait séjourné à Shanghai et à Chongqing, ainsi que dans les provinces du Fujian et du Henan, et dépensé beaucoup d'argent en prostitution et en achat de billets de loterie, a rapporté Beijing News.

M. Wu a réussi à garder secrète la mort de sa mère en disant aux gens qu'elle séjournait avec lui aux Etats-Unis jusqu'à ce que cela éveille les soupçons de son oncle. 

La police de Chongqing et du Fujian n'a pu être contactée pour commenter dimanche.

Suivez China.org.cn sur Twitter et Facebook pour rejoindre la conversation.
Source:french.china.org.cn