Envoyer [A A]

Le rail sino-européen modifie la structure logistique internationale

French.china.org.cn | Mis à jour le 11. 09. 2017 | Mots clés : rail sino-européen, structure logistique

Le volume croissant du fret ferroviaire entre la Chine et l’Europe concurrence à la fois le fret maritime mais également l’aérien, soulignant le potentiel d’un système de fret régional multimodal.

Depuis le départ du premier train en mars 2011 sur ces lignes, la demande en services de fret ferroviaire entre la Chine et l’Europe a connu une croissance rapide, en grande partie grâce à l’initiative des nouvelles Routes de la soie qui vise à stimuler le commerce le long de cette ancienne route commerciale.

Le nombre de trains de marchandises entre la Chine et l’Europe a atteint les 5000 la semaine dernière, avec 52 routes établies jusqu’à présent entre 32 villes de Chine et 32 villes dans douze pays européens, indiquait jeudi dernier la China Central Television (CCTV).

Alors que les trains ont aidé à rendre la logistique plus rapide et moins chère pour de nombreux clients, ils ont également engendré une forte pression sur le marché du fret aérien. Les principales catégories de biens transportés par les trains reliant la Chine à l’Europe sont des matières premières, de l’électroménager, des pièces détachées automobiles, de l’alimentaire et des vêtements.

La plupart des marchandises en gros sont toujours acheminées par bateaux, mais les trains transportent de plus en plus de produits électroniques, entamant un segment important de l’activité du fret aérien et concurrençant le fret aérien régional.

Les systèmes de transport ferroviaire et aérien ont chacun leurs avantages et leurs inconvénients. Les trains sont plus lents, mais ils reviennent bien moins chers que les avions : cela compte pour de nombreux affréteurs. En ce qui concerne les avions, leurs chargements sont plus en sécurité et ont moins de chances d’être endommagés, mais contrairement aux trains, le mauvais temps peut engendrer des retards.

En ce sens, les transports ferroviaire et aérien peuvent être complémentaires, malgré leur concurrence. Prenons la Chine par exemple : même si le pays possède l’un des plus grands systèmes ferroviaires au monde, son marché de l’aviation garde un potentiel important.

« La flotte aéronautique chinoise devrait grandir à un niveau bien supérieur à la moyenne mondiale, et près de 20 % des nouveaux avions dans le monde seront le fait de compagnies aériennes basées en Chine », explique Randy Tinseth, le vice-président du marketing chez Boeing Commercial Airplanes.

Alors que les services de fret aérien entre la Chine et l’Europe pourraient être affectés par le rail, ce sont les forces du marché qui apporteront en fin de compte des changements et pousseront le secteur de l’aviation à améliorer ses services.

Le commerce et l’investissement au sein des pays impliqués dans l’initiative des nouvelles Routes de la soie devraient se développer de manière substantielle. Un réseau de transport régional multimodal est essentiel pour soutenir les flux de marchandises, mais cela nécessite la coordination et la coopération de tous les acteurs du marché.

L’auteur est journaliste pour le Global Times.


Suivez China.org.cn sur Twitter et Facebook pour rejoindre la conversation.
Source:french.china.org.cn