Accueil Actualité
Editions spéciales
Photos-Vidéos
Services
Vous
CHINE
[Favoris] [Imprimer] [Envoyer] [Commenter] [Corriger] [Caractère:A A A]
On rapporte plus d'agressions sexuelles au travail

Ces dernières années, de plus en plus de femmes reçoivent des conseils concernant le harcèlement sexuel sur les lieux de travail, mais peu d'entre elles ont recours aux tribunaux, ont déclaré les experts en matière de droits des femmes lors d'une conférence qui s'est tenue à Beijing.

« Une des raisons, c'est que le harcèlement sexuel sur les lieux de travail se développe rapidement ces dernières années » affirme Guo Jianmei, une avocate bien connue en matière d'intérêt public qui se spécialise dans les droits des femmes et des enfants. Mme Guo est directrice du Centre de service et de consultation juridique pour femmes Zhongze de Beijing,

Depuis 2007, ce centre a reçu 183 appels pour consultation concernant le harcèlement sexuel, et il s'est occupé de 47 affaires au total. Parmi celles-ci, 34 % étaient liés aux lieux de travail.

Selon Mme Guo, c'est un signe que les femmes chinoises sont de plus en plus sensibilisées à leurs droits et qu'elles préfèrent réclamer de l'aide plutôt que de souffrir en silence.

Le fondateur d'une entreprise de formation en éducation de Shenzhen a été condamné à la prison en 2011 après qu'une de ses employés a révélé à la police qu'il l'avait violée.

Luo Yun (nom fictif) a rapporté à la police que son ancien patron Song Shanmu l'avait forcée à poser nue pour des photos et l'avait violée. Après la condamnation de M. Song, quelques autres employées ont rapporté qu'elles avaient également été violées ou harcelées par M. Song.

Alors que des femmes comme Mme Luo font preuve de courage en rapportant de tels cas, d'autres victimes comme elle ont maintenant un accès plus facile à des lignes directes d'informations utiles et de services juridiques, grâce à Internet.

Cependant, Guo Jianmei a révélé au China Daily que c'est encore une minorité de femmes qui rapportent des affaires.

« D'abord, les victimes doivent savoir comment réclamer de l'aide et où obtenir de l'information », a déclaré Mme Guo. Elle a fait référence à une affaire où une domestique avait été violée à de nombreuses reprises par son employeur, ce qui avait eu pour conséquence un grand nombre d'avortements, mais elle n'avait eu aucun accès à de l'aide.

« Environ 100 à 200 millions de femmes en Chine ont souffert ou souffrent de harcèlement sexuel sur les lieux de travail, mais seulement quelques centres de services juridiques offrent des consultations », confirme Mme Guo.

Chen Wei, une avocate se spécialisant dans la protection des droits des femmes au cabinet d'avocats Ying Ke de Beijing, a déclaré au China Daily qu'elle avait reçu de nombreux appels téléphoniques pour des conseils sur le harcèlement sur les lieux de travail, mais que seulement quelques clientes vont porter l'affaire devant les tribunaux.

Les clientes choisissent de ne rien faire parce qu'elles craignent de rendre publiques de telles affaires, de devoir quitter leur poste et parfois même de devoir porter le blâme pour cet incident.

Rassembler des preuves incontestables permettant de prouver le harcèlement sexuel est difficile, mais établir la preuve du harcèlement verbal l'est encore plus. « Les clientes ne peuvent pas apporter chaque jour un magnétophone au travail », affirme Mme Chen.

« La police ne prête pas suffisamment d'attention au harcèlement sexuel, confirme Zhu Yantao, un haut fonctionnaire à la retraite du Bureau d'enquête criminelle du ministère de la Sécurité publique. Nous nous concentrons davantage sur des affaires relativement graves comme le vol et les attentats à la bombe, mais nous négligeons le harcèlement sexuel sur les lieux de travail. »

french.china.org.cn     2012/01/06

[Favoris] [Imprimer] [Envoyer] [Commenter] [Corriger] [Caractère:A A A]
Liens connexes
Les dernières réactions            Nombre total de réactions: 0
Sans commentaire.
Voir les commentaires
Votre commentaire
Pseudonyme   Anonyme

Retournez en haut de la page