Huang Youyi : La communauté internationale s'intéresse plus que jamais aux questions politiques et sociales de la Chine

Mise à jour: 2014-11-26 | french.china.org.cn

 


Huang Youyi, membre de la Conférence consultative politique du peuple chinois et secrétaire général de l'Association des traducteurs de Chine, possède une longue expérience des travaux visant à faire connaître la Chine à l'étranger. Dans ses propositions à la session annuelle de 2014 de la CCPPC, il a suggéré la traduction plus rapide, plus précise et plus complète des documents du Parti pour renforcer le discours sur les travaux de construction du système chinois vers l'extérieur.

M. Huang a déclaré qu'après l'annonce de la résolution de la troisième session plénière du 18e Congrès du Parti communiste chinois, la communauté internationale était impatiente de se tenir au courant des détails. Mais comme d'habitude, en l'absence de provisions pour la traduction, les versions en langues étrangères n'ont pas pu être publiées en même temps que la version chinoise. En octobre 2013, le rapport sur l'économie présenté par le premier ministre Li Keqiang lors de la 16e Conférence nationale de la Fédération générale des syndicats de Chine a attiré l'attention de la communauté internationale. La traduction en anglais du texte intégral publiée seulement deux jours plus tard par China.org.cn a été consultée par 120 000 personnes.

« Ces précédents montrent que les questions politiques et sociales actuelles en Chine intéressent plus que jamais la communauté internationale. Nous devrions accorder plus d'attention à la traduction des discours politiques, qui ont un grand impact à l'étranger. Nous parlons de la Chine à 7 milliards de personnes.», a estimé M. Huang, en soulignant que le travail de traduction doit être élaboré et pris en charge en haut lieu.

Sur cette base, Huang Youyi a proposé d'attacher une grande importance à la traduction des discours politiques et à une plus grande formation du personnel. « À l'heure actuelle, nous avons très peu de talents de haut niveau capables de traduire le chinois dans d'autres langues, et dans une certaine mesure, cela forme déjà un goulot d'étranglement dont la culture chinoise doit sortir », a-t-il observé.

Il a suggéré que, pour augmenter les efforts d'intégration des ressources humaines de haut niveau en traduction, établir un vivier de talents et un corpus de traduction des discours politiques, la Chine doit créer un mécanisme de formation, de partage et de coopération. Il faudrait également créer des bourses d'études spéciales et des prix de récompense ; la formation professionnelle et l'enseignement de la discipline doivent être renforcés par le biais des Instituts Confucius et d'autres établissements d'enseignement à l'étranger, afin de former plus de traducteurs étrangers. Enfin, il faudrait établir des prix de traduction de niveau national et d'autres mesures incitatives, assurer et élever la protection du traitement et des droits des traducteurs, pour attirer des professionnels plus qualifiés dans les rangs de la traduction du chinois en langues étrangères.