Envoyer [A A]

Google et Foxconn devraient éviter de perturber les chaînes d’approvisionnement

French.china.org.cn | Mis à jour le 13. 06. 2019 | Mots clés : Google,Foxconn


Le découplage des chaînes d’approvisionnement technologique chinoises et américaines est-il imminent dans un contexte d’escalade de la guerre commerciale ? 


Alors que Foxconn − l’un des principaux sous-traitants du géant technologique américain Apple − et Google ont apparemment transféré une partie de leur production hors de Chine, les représentants du secteur et les analystes estiment que les perturbations des chaînes d’approvisionnement nuiraient gravement aux entreprises technologiques américaines. Ils appellent celles-ci à ne pas prendre ce risque. 


Google est en train de transférer davantage de production de matériel informatique en-dehors de Chine, incluant la production des thermostats et des serveurs Nest. Dans ce contexte de guerre commerciale, cette mesure est destinée à réduire l’impact des droits de douane américains de plus en plus pesants, alors que l’attitude du gouvernement chinois à son égard est également de moins en moins amicale, indiquait mercredi un rapport de Bloomberg, citant des sources anonymes. 


Dans le même temps, Foxconn a annoncé qu’elle se préparait à transférer si nécessaire la production des iPhones et des produits associés hors de Chine, indiquait mardi le Wall Street Journal, citant Young-way Liu, le directeur des activités semi-conducteurs du groupe. 


« Nous sommes constamment en train de contrôler et d’évaluer notre chaîne d’approvisionnement, ainsi que de déterminer le réseau d’opérations qui nous aidera à donner de grands produits entre les mains de nos consommateurs. Nous allons continuer à faire ainsi », a fait savoir mercredi un porte-parole de Google au Global Times, sans donner plus de détails sur la liste des fournisseurs de l’entreprise et les informations associées. 


Foxconn a annoncé qu’elle suivait une politique d’entreprise stricte consistant à ne commenter aucun sujet lié à des clients actuels ou potentiels, ni aucun de leurs produits. 


Un fournisseur qui travaille étroitement avec Foxconn a déclaré au Global Times, qu’il était impossible que Foxconn prenne le risque de quitter la Chine dans ce moment crucial, car cela briserait les liens tissés avec les autorités chinoises. 


« Pendant très longtemps, les autorités centrales et locales ont soutenu Foxconn, et lui ont accordé de nombreuses mesures favorables. Si le groupe quitte la Chine, le gouvernement chinois pourrait lancer une enquête, qui pourrait lui nuire gravement », explique ce fournisseur, qui souhaite rester anonyme.


La Chine va bientôt publier sa « liste d’entités non fiables », une liste noire des entreprises étrangères qui bloquent et entravent les chaînes d’approvisionnement, ou prennent des mesures discriminatoires à l’encontre d’entreprises chinoises. Selon plusieurs analystes, si certaines entreprises basées aux Etats-Unis devaient rompre leurs liens avec le marché chinois pour des raisons politiques, elles se retrouveraient sur cette liste.


Les politiques foncières et fiscales favorables ont attiré les fabricants à augmenter leur empreinte en Chine. Par exemple, lorsque le gouvernement local de Zhengzhou, dans la province centrale chinoise de Henan, a tenté d’attirer Foxconn en 2010, elle a proposé une mesure selon laquelle toute entreprise investissant plus de 30 millions de dollars avec un certain montant de frais d’attribution bénéficierait d’une occupation des sols « à coût zéro », selon les rapports des médias locaux. 


« Il n’existe aucun autre pays au monde, ni même en Asie du Sud-Est, qui possède des chaînes d’approvisionnement aussi complètes que la Chine. Nous rencontrons désormais des difficultés dans le recrutement de la main d’œuvre au Vietnam », a indiqué le fournisseur. 


Au cours de ces dernières années, Foxconn a transféré au Vietnam une partie de sa production pour Apple. Toutefois, ses usines à Zhengzhou restent une base de montage majeure pour des produits comme l’iPhone. 


« Les géants technologiques des Etats-Unis se retrouvent pris dans un dilemme. Alors que les relations sino-américaines continuent de se détériorer, ils ont pris certaines mesures pour apaiser les inquiétudes des investisseurs, mais ils ne prendront pas la décision de quitter la Chine », estime Song Guoyou, le directeur du Centre de diplomatie économique de l’Université Fudan. 


Dans le cadre de la mondialisation, les géants technologiques comme Google, Apple et Intel sont devenus des parties intégrantes des chaînes d’approvisionnement. Ils sont étroitement liés aux entreprises chinoises et peu enclins à mettre un terme à ces connexions. 


Intel est également en train de pousser le gouvernement américain à lui permettre de continuer à fournir des composants à Huawei, indiquait mardi le site chinois d’informations financières Caixin.com, car cet ordre de la part de l’exécutif est néfaste aux deux parties et pèse sur l’entreprise américaine. 


Alors que les entreprises technologiques américaines tentent de faire pression sur Washington pour pouvoir continuer à coopérer avec leurs homologues chinoises, il va falloir que les négociations commerciales actuellement interrompues parviennent à progresser pour que les deux pays puissent résoudre ce problème. « Washington ne s’est pas vraiment préoccupé des intérêts de ses entreprises technologiques, étant donné l’hostilité de Trump à leur égard. Cela doit attendre jusqu’à ce que les négociations commerciales puissent résoudre ce dilemme », note Song Guoyou. 


Les discussions sur un possible découplage des chaînes d’approvisionnement sino-américaines sont irresponsables et extrêmement dangereuses. Elles sont issues des déclarations d’un petit nombre d’Américains, qui conservent des mentalités de guerre froide et de jeu à sommes nulles. Ce point de vue va à l’encontre de l’essence même de la coopération sino-américaine, a déclaré mercredi Geng Shuang, le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, lors d’une conférence de presse. 


« Les deux pays ont été profondément connectés en tant qu’importants partenaires commerciaux et importantes destinations de leurs investissements respectifs. En 2017, les entreprises américaines ont réalisé plus de 700 milliards de dollars (620 milliards d’euros) de chiffre d’affaires en Chine, avec des profits dépassant les 50 milliards de dollars », a-t-il souligné. Le porte-parole a noté que les politiciens devraient en premier lieu demander aux entreprises et aux industries si elles souhaitaient rompre ces liens. 


La Chine et les Etats-Unis occupent une place importante dans les chaînes d’approvisionnement mondiales. Les forcer au découplage perturberait l’industrie mondiale et engendrerait des turbulences sur les marchés financiers, a-t-il ajouté.




Suivez China.org.cn sur Twitter et Facebook pour rejoindre la conversation.
Source:french.china.org.cn