Envoyer [A A]

Tensions commerciales sino-américaines : la Chine est prête à toutes les configurations du marché

French.china.org.cn | Mis à jour le 11. 09. 2018 | Mots clés : finance, guerre commerciale

Une déclaration publiée lundi sur le site du Conseil des affaires d'État indique que la plus haute autorité de régulation financière du pays est prête à prendre des mesures pour éviter de gros chocs inattendus dans tous les secteurs financiers, dans un contexte d’escalade des tensions commerciales sino-américaines susceptibles d’avoir un impact sur les marchés.

Une réunion du Comité de développement de la stabilité financière a été présidée par le vice-premier ministre Liu He vendredi. La réunion a évoqué des ajustements en cas de « nouveaux changements » dans l'environnement externe, ainsi qu’en réponse à la situation économique et financière du pays.

« L'ampleur des ajustements doit être bien jaugée », indique le communiqué, qui souligne que la politique monétaire « prudente et neutre » reste en vigueur.

« Tout événement lié à une mauvaise surprise doit être évité, afin de désamorcer les risques financiers et d’assurer le développement stable des marchés des actions, des obligations et des taux de change », précise le communiqué.

L'ouverture du secteur financier signifiera d'autres mesures, a souligné la réunion, et de nouvelles politiques doivent être étudiées pour accélérer les progrès.

Cela indique que les régulateurs financiers du gouvernement renforcent leurs orientations sur les attentes du marché, afin d’éviter une panique irrationnelle des investisseurs, en particulier si les incertitudes s’accentuent en raison des tensions commerciales, ont déclaré des experts.

Le gouverneur de la banque centrale, Yi Gang, a organisé le 31 août un séminaire avec des experts financiers et des universitaires, pour discuter des mesures à prendre pour stabiliser la confiance des investisseurs.

Selon un communiqué publié sur le site de la Banque populaire de Chine, la manière de prévoir et d’analyser avec précision la situation économique et financière est l’une des tâches essentielles des régulateurs financiers du pays.

« Les gens détestent les incertitudes. On pourrait observer un impact sur la confiance des entreprises chinoises, et certains investisseurs risquent de perdre confiance dans les actions », a déclaré vendredi à CNBC Zhou Xiaochuan, ancien gouverneur de la banque centrale, à propos de l'impact des tensions commerciales sino-américaines sur l'économie chinoise.

Certaines situations extrêmes ont été envisagées et des solutions sont en cours d’élaboration, a indiqué M. Zhou après sa participation au séminaire.

Le président américain Donald Trump a menacé vendredi dernier d’imposer des droits de douane supplémentaires sur 267 milliards de marchandises en provenance de Chine.

Lundi, les actions en vente dans le pays et à l’étranger ont baissé : l'indice composite de Shanghai a reculé de 1,21 % pour passer à 2669,48 à l’heure de clôture, son plus bas niveau de l'année.

À Hong Kong, l'indice Hang Seng a reculé de 1,6 %, et certains analystes estiment que le pessimisme ambiant pourrait le faire baisser davantage.

Le même jour, le taux de change de référence du yuan est tombé à son plus bas niveau par rapport au dollar américain depuis le 28 août, à 6,8389 yuans le dollar. Le dollar est remonté tandis que les investisseurs continuent de suivre les tensions commerciales croissantes.

Hussein Sayed, stratège en chef des marchés chez FXTM, une plateforme mondiale de trading de devises, a déclaré que les attentes du marché sur deux futures hausses des taux d’intérêt par la Réserve fédérale américaine ont été encouragées par les récentes données économiques, qui pourraient conduire à de nouvelles divergences dans les politiques monétaires. Les banques centrales des économies émergentes devraient faire preuve de prudence par rapport aux décisions politiques susceptibles d'entraîner une crise monétaire, selon lui.

« Je pense qu'une hausse des taux est imminente, mais c'est l'ampleur de la hausse qui compte désormais », a-t-il précisé.

Compte tenu des pressions à la baisse exercées sur la croissance, les autorités chinoises ont déjà un peu assoupli leur politique macroéconomique et se sont montrées prêtes à l’assouplir davantage si nécessaire.

« Nous n'envisageons pas de virage vers de grandes mesures de relance au second semestre, à moins que l'environnement externe ne s'aggrave de manière importante », a indiqué Louis Kuijs, directeur du département Asie chez Oxford Economics.


Suivez China.org.cn sur Twitter et Facebook pour rejoindre la conversation.
Source:french.china.org.cn