Envoyer [A A]

CGN pourrait se lancer sur le marché de l'énergie solaire en France

French.china.org.cn | Mis à jour le 20. 11. 2015 | Mots clés : gaz, effet de serre

Un employé ajuste des panneaux solaires dans la centrale à énergie solaire du Gabardan à Losse, dans le sud-ouest de la France.

Le China General Nuclear Power Group (CNG), le plus grand exploitant de réacteurs nucléaires de Chine, a fait part de ses souhaits de devenir le plus grand distributeur d'énergie solaire en France.

CGN va entrer dans le secteur de l'énergie solaire par le biais de sa filiale française CGN Energy Europe (CGNEE), et s'allier avec la société française de l'énergie solaire Inovia Concept Development pour construire des générateurs d'énergie solaire distribués à travers la France dans les prochaines années.

Johnny Schlomacher, PDG d'ICD, a précisé que la partie française sera en charge de la construction et de l'entretien des installations d'énergie solaire. Selon lui, la société chinoise a remporté le projet malgré la concurrence d'une entreprise allemande.

« La coopération a une signification importante pour les entreprises chinoises et c'est également une étape importante pour le partenariat sino-français d'énergie renouvelable », a de son côté déclaré Lu Wei, directeur général de CGNEE.

« Cela va nous permettre de construire des centrales qui auront une puissance installée de 500 mégawatts d'énergie solaire dans les prochaines années et de créer pas moins de 3000 emplois directs et indirects en France », a-t-il dit.

M. Lu a expliqué que ces 30 dernières années, son entreprise a établi des liens étroits avec des entreprises françaises dans le domaine de la coopération énergétique, en particulier les centrales nucléaires.

« Notre nouvel objectif est de faire de CGN un groupe d'énergie de classe mondiale en développant à la fois les énergies renouvelables et l'énergie nucléaire, et de participer activement à la concurrence internationale », a ajouté M. Lu.

CGN est un pionnier et un excellent exemple d'une société publique chinoise entrant en concurrence sur le marché français, a dit M. Lu. Elle a déjà collaboré avec des entreprises françaises pour développer des marchés tiers, comme en Afrique.

Ce n'est pas le premier projet d'énergie propre auquel CGN participe en Europe.

En 2014, son unité française a en effet signé un accord pour prendre une participation de 80% dans trois parcs éoliens dans l'est de l'Angleterre, détenus par la société publique française d'électricité Electricité de France SA (EDF), qui vont générer 72 mW de puissance.

Plus tôt cette année, en février, la société a également remporté le marché du projet d'énergie éolienne au sol de Fujin, en France, et a conclu un accord de transfert d'actifs avec Eolfi, une entreprise française du secteur des énergies nouvelles.

Suivez China.org.cn sur Twitter et Facebook pour rejoindre la conversation.
Source:french.china.org.cn